Vulnérabilité et animalité

Coordination

Sébastien Bouchard, Enrique Utria


Affirmer que tous les êtres humains sont vulnérables, par essence, semble avoir peu d’intérêt pour l’éthique médicale – qui cherche, entre autres, à discerner des situations de vulnérabilité, pour mieux les traiter. L’inverse se produit en éthique animale, où, à en croire Derrida, la notion de vulnérabilité ontologique joue un rôle essentiel. Si la nature des animaux est telle qu’elle ouvre la possibilité de les blesser, de les faire souffrir, de leur faire subir des dommages, de les exploiter, cela a-t-il des implications morales ? Faut-il dire que si les animaux sont aussi vulnérables, d’un point de vue ontologique, que les êtres humains, ils doivent jouir d’une protection comparable ?

La discussion est au moins quadri-dimensionnelle.

  1. Les animaux sont-ils vulnérables en un sens pertinent ? Sont-ils vulnérables au même sens que les êtres vivants : arbres, brins d’herbe, cellules cancéreuses ? Ou en un sens encore moins contraignant, celui des objets techniques, des moteurs, des codes informatiques. La sensibilité animale implique-t-elle une forme de vulnérabilité qui sature la seule possibilité d’être atteint, endommagé, altéré dans son fonctionnement, cassé, par un effet d’intériorité ? Un certain nombre d’auteurs nient que les animaux soient vulnérables en un sens moralement pertinent : soit que leur douleur relève davantage de nociceptions que d’une souffrance psychologique, soit que leurs souffrances, bien réelles, ne suffisent pas, en l’absence de quelque capacité supérieure (langage, raison, autonomie actuels ou potentiels), à conférer un statut moral à ceux qui les éprouvent.
  2. Si les animaux sont vulnérables en un sens moralement pertinent, jusqu’où convient-il de prendre au sérieux leur vulnérabilité ? La vulnérabilité ontologique des animaux n’est-elle digne que d’un traitement welfariste ? S’agit-il d’éviter les souffrances inutiles, non nécessaires ? Ou bien cette vulnérabilité donne-t-elle droit à ne pas être tués pour les plaisirs gustatifs, à ne pas être exploités ? Cette question est traitée par les théories éthiques normatives. Quel rôle joue, ou devrait jouer, le concept de vulnérabilité, lié étroitement à celui de sensibilité, dans ces théories ?
  3. Le concept de vulnérabilité situationnelle, admettant des degrés de vulnérabilité en fonction de la probabilité de dommages ou de douleurs, semble être essentiel lui aussi à toute réflexion sur la vulnérabilité animale. Les animaux sauvages, les animaux « de compagnie » et les animaux d’élevage ne sont pas également vulnérables, pas plus qu’ils ne sont vulnérables aux mêmes situations. La vulnérabilité des animaux sauvages augmente, à l’inverse de celle des « animaux de compagnie », avec le développement du monde humain, la déforestation, la dégradation de leurs habitats. La vulnérabilité des animaux de compagnie (et plus largement domestiques) s’accroît avec leur dépendance.
  4. À supposer que les vulnérabilités ontologique et situationnelle des animaux doivent être prises en compte, le concept de vulnérabilité doit-il être politiquementmis en avant ? Elisa Aaltola, dans des pages serrées d’Animal Suffering : Philosophy and Culture, pointe un paradoxe de la vulnérabilité. À insister sur la passivité des animaux, sur la douleur, le risque est d’alimenter le mépris anthropocentrique à l’endroit d’êtres qui semblent dépourvus d’individualité, de subjectivité, laissés à leur seule impuissance et incapacité devant la douleur. Si un être est dans l’inactivité, la passivité totale, ne mérite-t-il pas sa situation ? Inversement, insister sur l’activité des animaux au sein même de leur vulnérabilité, sur leur résistance, caractériser l’animal comme un autre individu pleinement « capable », actif, n’est-ce pas reconduire le cadre libéral, qui nous fait mépriser les moins capables, cadre que la réflexion sur la vulnérabilité avait pour but de détrôner ?

ÉLÉMENTS BIBLIOGRAPHIQUES
  • Aaltola Elisa, Animal Suffering: Philosophy and Culture, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012.
  • Afeissa Hicham-Stéphane et Jeangène VilmerJean-Baptiste (éd.), Philosophie animale. Différence, responsabilité et communauté, Paris, Vrin, 2010.
  • Armengaud Françoise, Réflexions sur la condition faite aux animaux, Paris, Éditions Kimé, 2010.
  • Bentham Jeremy, Introduction aux principes de morale et de législation, Malik Bozzo-Rey, Anne Brunon-Ernst, Emmanuelle de Champs, Jean-Pierre Cléro, Christian Laval, Marie-Laure Leroy et Guillaume Tusseau (trad.), Paris, Vrin, 2011.
  • Burgat Florence, Une autre existence. La condition animale, Paris, Albin Michel, 2011.
  • Burgat Florence, Liberté et inquiétude de la vie animale, Paris, Éditions Kimé, 2006.
  • Calarco Matthew, Zoographies: The Question of the Animal from Heidegger to Derrida, New York, Columbia University Press, 2008.
  • Clark Stephen Richard Lyster, The Moral Status of Animals, Oxford, Clarendon Press, 1977.
  • Delon Nicolas, Une théorie contextuelle du statut moral des animaux., Thèse de doctorat, Philosophie, Paris, Université Panthéon-Sorbonne, 2014.
  • Derrida Jacques, L’Animal que donc je suis, Marie-Louise Mallet (éd.), Paris, Galilée, 2006.
  • Derrida Jacques et Roudinesco Élisabeth, De quoi demain… dialogue, Paris, Flammarion, 2003.
  • Diamond Cora, « Manger de la viande, manger des gens », Emmanuel Halais, Sandra Laugier, Jean-Yves Mondon et Cora Diamond (trad.), dans L’Importance d’être humain: et autres essais de philosophie morale, Paris, PUF, 2011, p. 109-132.
  • Donaldson Sue et Kymlicka Will, Zoopolis. Une théorie politique des droits des animaux, Pierre Madelin (trad.), Paris, Alma, 2016.
  • Francione Gary Lawrence et Watson Alan, Introduction au droit des animaux. Votre enfant ou le chien  ?, Laure Gall (trad.), Lausanne, L’Âge d’Homme, 2015.
  • Goffi Jean-Yves et White Lynn Townsend, Le Philosophe et ses animaux. Du statut éthique de l’animal, Jacques Morizot (trad.), Nîmes, J. Chambon, 1994.
  • Gruen Lori, « L’Empathie entrelacée : une autre approche en éthique animale », dans Émilie Dardenne, Valéry Giroux et Enrique Utria (éd.), Peter Singer et la libération animale. Quarante ans plus tard, Rennes, PUR, 2017, p. 103-112.
  • Gruen Lori, Entangled Empathy: An Alternative Ethic for Our Relationships with Animals, New York, Lantern Books, 2014.
  • Have Henk ten, Vulnerability. Challenging bioethics, London, Routledge, 2016.
  • Hursthouse Rosalind, « Virtue Ethics and the Treatment of Animals », dans Tom L. Beauchamp et Raymond Gillepsie Frey (éd.), The Oxford Handbook of Animal Ethics, Oxford, Oxford University Press, coll. « Oxford handbooks series », 2011, p. 119-143.
  • Kottow Michael H., « Vulnerability: What kind of principle is it? », Medicine, Health Care and Philosophy, vol. 7, no 3, 2004, p. 281-287.
  • Mackenzie Catriona, Rogers Wendy et Dodds Susan (éd.), Vulnerability. New Essays in Ethics and Feminist Philosophy, Oxford, Oxford University Press, 2014.
  • Martin Angela K., Tavaglione Nicolas et Hurst Samia, « Resolving the Conflict: Clarifying “Vulnerability” in Health Care Ethics », Kennedy Institute of Ethics Journal, vol. 24, no 1, 2014, p. 51-72.
  • Palmer Clare, Animal Ethics in Context, New York, Columbia University Press, 2010.
  • Pelluchon Corine, Éléments pour une éthique de la vulnérabilité. Les hommes, les animaux, la nature, Paris, Éditions du Cerf, 2016 [2011].
  • Plumwood Val, « Human vulnerability and the experience of being prey », Quadrant, vol. 39, no 3, 1995, p. 29-34.
  • Plutarque, Trois traités pour les animaux, Jacques Amyot (trad.), Paris, P.O.L., 1992.
  • Porphyre, De l’abstinence, Jean Bouffartigue, Michel Préface Patillon et Alain Philippe Segonds (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1977-1995, 3 vol.
  • Regan Tom, Les Droits des animaux, Enrique Utria (trad.), Paris, Hermann, 2013.
  • Shapiro Kenneth, « The Death of the Animal: Ontological Vulnerability », Between the Species, vol. 5, no 4, 1989, p. 183-194.
  • Shildrick Margrit, Embodying the Monster: Encounters with the Vulnerable Self, London, Sage publications, 2002.
  • Singer Peter, Questions d’éthique pratique, Max Marcuzzi (trad.), Paris, Bayard, 1997.
  • Singer Peter, La Libération animale, Louise Rousselle et David Olivier (trad.), Paris, Grasset, 1993.
  • Thierman Stephen, « The Vulnerability of Other Animals », Journal for Critical Animal Studies, vol. 9, no 1-2, 2011, p. 182-208.
  • Turner Bryan Stanley, Vulnerability and Human Rights, University Park, Pennsylvania State University Press, 2006.