Sébastien Bouchard

Je reviens souvent à cette réflexion de Marguerite Yourcenar : « La compassion – mot plus explicite que celui de pitié, puisqu’il souligne le fait de pâtir avec ceux qui pâtissent – n’est pas, comme on le croit trop, une passion faible, ou une passion d’homme faible, qu’on puisse opposer à celle, plus virile, de la justice ; loin de répondre à une conception sentimentale de la vie, cette pitié chauffée à blanc n’entre comme une lame que chez ceux qui, forts ou non, intelligents ou non (là n’est pas la question), ont reçu l’horrible don de voir face à face le monde tel qu’il est ». Je crois qu’accueillir la vulnérabilité, c’est s’engager à toujours apprendre à mieux voir le monde tel qu’il est, et à nous indigner qu’il soit tel, afin de devenir, si possible, un humain digne de ce nom. Mes recherches en littérature et en philosophie sur le thème de l’animalité, mes voyages, mes stages – notamment auprès d’un berger en Grèce – et certaines rencontres m’ont permis, du moins je l’espère, d’être un peu moins myope que je ne suis né.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.