Jean-Pierre Cléro

Je ne savais pas que, il y a vingt-cinq ans, en travaillant les mathématiques des probabilités, d’une part, et en commençant à lire sérieusement, pour m’en imprégner, les traduire et les commenter, les auteurs utilitaristes, en particulier Bentham, d’autre part, une voie se traçait en direction de la vulnérabilité. Certes, il y avait bien les invitations aux inoubliables colloques du Québec autour du thème de la sympathie, de la sociabilité ; mais il a fallu que cette notion de vulnérabilité soit repérée et désignée par Thierry Belleguic comme un thème de recherche en éthique commun à l’équipe canadienne et à l’équipe rouennaise, un intérêt croissant pour l’éthique des soins, au CHU et au CHR de Rouen et dans de multiples colloques parisiens, peut-être aussi, une certaine expérience personnelle de la maladie pour que la « vulnérabilité » finalise une partie de mes travaux. Quand la philosophie rencontre la vulnérabilité, celui qui s’y livre expérimente qu’il ne peut pas se contenter de la prendre comme objet sans entretenir une relation plus modale, plus accompagnatrice avec elle. Ne faut-il pas avoir philosophé longuement pour découvrir qu’on ne mène les enquêtes qu’à partir d’elle pour tenter de s’en défaire, d’abord, pour constater que c’est impossible, ensuite, pour s’en consoler peut-être, enfin ? Si – comme je le crois – la philosophie change avec les âges et les expériences traversés par le philosophe, comme par les autres hommes, il faut peut-être s’avancer beaucoup en âge pour pouvoir s’approcher de cette notion et parvenir à la réfléchir, c’est-à-dire à la tenir à distance tout en l’accueillant. Comment l’objectiver sans la casser ? Et comment l’accueillir sans une empathie qui risque d’engluer la recherche ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.