Annie Hourcade Sciou

C’est sans doute l’héroïque figure antique d’Achille, le presque invulnérable, qui représente le mieux mon approche de la vulnérabilité et de ses récits. Achille dont le nom même est associé au chagrin, Achille qui souffre dans son cœur et dans son âme de l’injustice d’Agamemnon, Achille en larmes, pleurant la mort de Patrocle ; mais aussi Achille faisant le choix du risque et de l’exposition délibérée que présuppose l’entrée dans l’action. Ces multiples facettes de la figure paradoxale d’Achille l'(in)vulnérable – Achille élève de Chiron, ayant appris la musique, l’éloquence, l’art de la guerre et la médecine, entrent en résonance avec mes travaux sur le conseil et la délibération qui accordent une place centrale à cette question de l’évaluation des possibles dans la confrontation à la nécessité de décider et d’agir ; elles font écho également, de manière liée, à mes recherches sur la question des vertus, sur le rôle que peuvent y jouer les affects, sur la part, surtout, que prend la vulnérabilité dans la construction, par l’agent, de son propre caractère. Cette réflexion franco-québécoise sur la vulnérabilité qui croise les perspectives en sciences humaines et en philosophie, en littérature, en art et en médecine, ce partage des savoirs et des pratiques, trouvent à s’appliquer dans ma pratique d’enseignant-chercheur en philosophie à l’Université de Rouen Normandie, dans des champs comme celui de la morale antique, de l’éthique médicale ou de la philosophie politique ainsi que dans mon implication au sein de comités de réflexion éthique en milieu hospitalier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.