Dominique Ginolhac

J’ai exercé la profession d’infirmière pendant vingt ans, puis j’ai pris des fonctions de cadre et de cadre supérieur infirmier. Confrontée à la maladie, la souffrance des patients, à leur angoisse et à leur grande dépendance, j’ai pu évaluer combien l’homme-malade devient vulnérable. Mais ne l’est-il que dans ces moments-là ? Le nourrisson est le paradigme de l’être vulnérable par excellence. Si personne ne prend soin de lui il ne survit pas. Plus tard celui (ou celle) en demande de soins est confronté en quelque sorte à cette vulnérabilité. Face à lui (ou elle) le soignant ne peut jamais laisser ce malade à sa souffrance et à sa solitude. Si l’homme est supérieur à tous les animaux, il n’en demeure pas moins un des plus fragiles. Quand quelqu’un tombe malade, une brèche s’ouvre qui mesure la fragilité de la vie. Il y a une perte de confiance dans son corps mais dans la vie également.

Face aux malades, les équipes soignantes exercent jour après jour des soins incessants, répétés, quelquefois ennuyeux, à des individus inquiets, angoissés, pouvant devenir exigeants. Les soignants ainsi exposés construisent une attitude qui peut aller de la relation la plus proche et fusionnelle possible à une autre, très distante presque froide, d’une communication très abondante en paroles et en gestes à la plus réservée. L’enseignement qu’ils reçoivent les oblige à réfléchir à la bonne distance, à se mettre à la place de celui qui souffre, à faire preuve d’empathie, de compassion. Mais le constat est que, eux aussi, les soignants, quand ils exercent leur activité, sont très vulnérables. Leur fragilité se révèle avec la fatigue, la lassitude, de soigner, d’écouter, de prendre en charge toute cette misère. Alors ils parlent de maltraitance involontaire. Souvent déçus par l’idéal qu’ils se faisaient du soin, ils adoptent une attitude négative qui les épuise. On parle alors de la souffrance des soignants. Si fondamentalement tout a changé, les techniques opératoires, anesthésiques, d’investigations, la relation entre les patients et les équipes médicales et paramédicales, cela a accentué la vulnérabilité ontologique de l’être humain. La complexité de la médecine, les nombreux examens nécessaires à l’obtention d’un diagnostic, l’inflation de la législation pour tenter de protéger tout le monde, toute cette ambiance « sécuritaire » participe activement à créer un climat d’appréhension et de méfiance de la part des deux parties de la relation soignant-soigné engendrant une forme de tension.

Face à cette situation, une fois en retraite, j’ai suivi un enseignement universitaire en philosophie. Après l’obtention du master, je travaille actuellement sur une thèse à propos de la relation soignant-soigné dans une approche d’éthique appliquée. La problématique de cette recherche est de montrer comment un principe comme le détachement peut apporter du soulagement aux soignants, voire du plaisir à soigner, et de l’aide pour le malade dans sa prise en charge. Si tout le monde souffre à l’hôpital qui apaise ?

L’homme sera toujours vulnérable mais une réflexion sur la possibilité de construire une relation plus sereine, où la place de chacun est connue et reconnue et où chacun comprend ce qu’il est capable d’entreprendre pour ne pas s’épuiser mais trouver en lui les ressources pour rester debout doit être mise en œuvre. Le détachement pourrait être une des pistes à étudier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search