Benoît Misset

C’est surtout dans mon exercice de médecin des soins intensifs que je rencontre la vulnérabilité. Je rencontre des personnes dépourvues de tous les moyens de parler pour eux-mêmes, totalement dépendantes de tous les personnels qui les soignent ; des personnes proches de la mort, inquiètes, ou qui devront affronter de nombreuses étapes pour redevenir, peut-être, « comme avant ». Beaucoup d’entre elles souffriront encore longtemps et n’oublieront jamais l’agression que la maladie leur a faite. Et que dire de leurs familles… en évaluant ces patients et ces familles à distance, nous observons toujours que la reconstruction est difficile. J’observe aussi la vulnérabilité chez les personnes qui soignent, au moins à cause de ce que les situations tragiques de « nos » patients nous renvoient. J’ai eu la chance de travailler dans une équipe qui recueillait les récits des familles de nos patients et des professionnels en temps réel. Il y a là des témoignages qui peuvent nous aider à encore améliorer l’accompagnement et les réponses que nous pourrions apporter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.