Mariana Plotnicu

Je suis psychiatre, j’exerce à l’Institution Nationale des Invalides. Grâce aux rencontres avec les soldats, avec les combattants, je suis amenée à mettre en œuvre une réflexion sur le traumatisme psychique et physique, sur la psychiatrie et l’éthique militaire, sur la vulnérabilité. Le récit de guerre constitue un moyen privilégié pour mieux appréhender la vulnérabilité du combattant et mieux comprendre ses traumatismes, Dostoïevski, notamment, en fournit l’illustration à travers ses magnifiques romans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.